Criar um Site Grátis Fantástico
Camelot avec sous-titres 4K

CAMELOT 2. subst. masc.

A.− Personne qui vend dans la rue.

1.Usuel. Marchand ambulant qui vend, dans la rue, dans un lieu public ou dans une foire, parfois avec force boniments, des objets de peu de valeur. Boniment de camelot, éventaire de camelot.Les camelots vendaient des « montres » à dix francs, des « parfums » qui étaient de l'eau rosie ( Montherlant. Les Célibataires, 1934. p. 831).

1. Ils [les historiens] étaient non moins que Michelet de valeureux faussaires, mais ils n'avaient ni son empan, ni ses visions; c'étaient les petits merciers de l'histoire, des camelots. des notulateurs qui pointillaient sans donner un ensemble. Huysmans. Là-bas, t. 1. 1891. p. 33.

2. je suis allé, ce matin, au marché de Pontoise. Un camelot. d'ailleurs très entouré, y vendait la bonne aventure. G. Duhamel. Chronique des Pasquier, Le Notaire du Havre. 1933. p. 30.

− Arg. Voleur de rue. Le soir, le camelot ouvre les portières, ramasse les bouts de cigares, mendie des contremarques, donne du feu, fait le mouchoir et la montre s'il a de la chance ( L. Rigaud. Dict. du jargon parisien, 1878. p. 65).

2.En partic. vieilli. Crieur de journaux dans la rue. La criée des camelots.

3. Le soir, des bandes d'hommes farouches et déguenillés parcouraient les rues en hurlant. « Mort à Colomban! » Des patriotes arrachaient aux camelots des paquets entiers du factum, qu'ils brûlaient sur les places publiques. A. France. L'Île des pingouins, 1908. p. 272.

− Camelot du roi. Vendeur bénévole de journaux royalistes.

4. L'A. F. a commencé à être populaire parmi les jeunes gens de dix-huit à vingt-cinq ans, d'abord vendeurs volontaires du journal (d'où la dénomination de Camelotsdu Roi ), puis organisés. L. Daudet. Vers le roi, 1920. p. 106.

♦ P. ext. Militant royaliste.

5. À la faculté, il [Rosenthal] fût bien entré dans les rangs des camelotsdu roi, si un certain sentiment de l'honneur ne lui avait conseillé, tout compte fait, de rejeter une organisation politique inspirée par les pamphlets de Drumont. Nizan. La Conspiration, 1938. p. 113.

B.−COMM.,mod.. Professionnel chargé de présenter au public un ou plusieurs articles en vue de la vente`` ( Mét. 1955 ).

− Rare.Femme-camelot.Une femme-camelot, quoi! à notre manière, pour magasins sédentaires et patentés ( A. Arnoux. Paris-sur-Seine, 1939. p. 187).

Prononc. et Orth. [kamlo]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1821 « marchand ambulant » ( Ansiaume. Arg. en usage au Bagne de Brest, f o 7 r o. § 109. Camelot. Marchand); 2. a) 1888 « vendeur de journaux » ( J. Richepin. Césarine, p. 105. les camelots criaient cela [dans Paris, avril 1871, − le Pilori des mouchards, le Cri du peuple, −] sans fureur); b) 1917 camelot du roi ( Barrès. Les Diverses familles spirituelles de la France, p. 166). Prob. dér. régr. de cameloter (camelote *), peut-être avec infl. de camelot 1 *. Fréq. abs. littér. 82.

Cameloter. verbe intrans. Cf. camelote, dér.

BBG. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 292. − George (K.E.M.). L'Emploi anal. de qq. noms d'étoffes ds le domaine gallo-rom. In. [Mél. Boutière (J.) ]. Liège, 1971, t. 1, p. 270. − Rigaud (A.). La Vraie Cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 92. − Sain. Lang. par. 1920, p. 240, 522. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 348, 364; t. 2 1972 [1925], p. 403; t. 3 1972 [1930], pp. 58-59.

© 2012 - CNRTL
44, avenue de la Libération BP 30687 54063 Nancy Cedex - France
Tél. +33 3 83 96 21 76 - Fax. +33 3 83 97 24 56